Résultats de recherches

Partager sur Tweet about this on Twitter

Résultats de recherches

Etude sur le budget de la recherche en alcoologie en France

L’estimation du budget total de la recherche alcoologique française réalisée par la Fondation évalue à environ 3.5 M€ par an l’investissement total consenti par les financeurs publics et privés. Ce budget revient à 53 centimes par habitant, à comparer aux 1,35 €  (27 fois plus) consacrés au même sujet par le principal organisme de recherche publique aux Etats-Unis. Cette estimation a été réalisée à partir d’une enquête auprès d’un peu plus de quarante équipes de recherche travaillant ou ayant travaillé au moins ponctuellement sur l’alcool.

En savoir plus : Estimation du budget annuel consacré à la recherche en alcoologie en France

Etudes bibliographiques pour le programme scientifique de la FRA

La Fondation a demandé à trois chercheurs, à partir d’une analyse de la littérature scientifique, de proposer un état des lieux des connaissances sur les facteurs d’entrée et de sortie dans la dépendance alcoolique et des axes de recherche qui semblent prometteurs pour les années à venir.

  • Dans le domaine épidémiologique, les études longitudinales (sur le modèle de l’étude américaine NESARC) manquent en France. Les différents facteurs de vulnérabilité individuelle (antécédents, précocité, tolérance immédiate, stress par exemple) apparaissent également comme une piste de recherche à privilégier par rapport aux facteurs environnementaux plus indirects. La recherche sur les facteurs favorisant ou non l’entrée dans les soins (environ 20 % seulement des patients pris en charge selon certaines estimations), actuellement non consensuels, est également citée ainsi que l’étude des rémissions spontanées (hors structure de soins), estimées à environ 4 % des patients chaque année.

 

  • S’agissant des mécanismes biologiques impliqués dans l’addiction, les nouvelles voies de recherche concernent notamment, dans une approche à la fois translationnelle et pluridisciplinaire, l’association de méthodes naturelles (exercice physique et environnement enrichi par exemple) et de nouvelles cibles moléculaires issues de la génétique, de l’épigénétique et de la recherche préclinique.

 

  • Enfin, pour les sciences humaines et sociales (texte non disponible), les nouvelles perspectives de recherche incluent les « Food studies » (qui s’intéressent aux consommations d’alcool à l’intérieur de l’ensemble des comportements alimentaires et de « l’économie du corps »), les expériences de régulation des consommations (ex. le « slow drinking ») et enfin l’économie comportementale à travers la construction et la déconstruction des habitudes. Le récit de la sortie d’une dépendance peut également inspirer ceux qui s’y trouvent encore (ex. le best-seller de David Carr aux Etats-Unis).

 

 

Contributions sur la question de l’alcool au féminin

image017

 

 

 

 

 

 

 

Le comité scientifique de la Fondation a recueilli plusieurs contributions de chercheurs sur ce thème suite à une journée scientifique organisée fin 2014.