Actualités alcool du 18 au 22 février 2019

Partager sur Tweet about this on Twitter

L’alcool serait responsable de 41 000 décès en France en 2015

En 2015, l’alcool serait responsable de 11 % de la mortalité adulte des hommes, soit 30 000 décès, et 4 % de celle des femmes, soit 11 000 décès.

Le dernier numéro du Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH) de février 2019 est consacré à l’alcool. Ce numéro est divisé en trois parties : une partie sur la consommation d’alcool chez les adultes en France en 2017, une seconde partie sur la mortalité attribuable à l’alcool en France en 2015, et la dernière partie sur les résultats de l’enquête ESCAPAD 2017 (concernant les jeunes de 17 ans en France).

Selon les chiffres du Baromètre Santé Publique France 2017 (enquête menée au téléphone auprès de 25 319 Français âgés de 18 à 75 ans), 87 % des Français ont consommé de l’alcool au moins une fois dans l’année, 21 % déclarent avoir connu une ivresse dans l’année, 10 % étaient des consommateurs quotidiens et 5 % consommaient 6 verres ou plus en une même occasion. En 2017, la consommation reste relativement stable par rapport aux années précédentes, avec 11,7 litres d’alcool pur par habitant.

Les auteurs de la partie mortalité attribuable à l’alcool de ce numéro de BEH, Catherine Hill et Christophe Bonaldi, ont utilisé les mêmes méthodes de calcul que celles utilisées par Guérin, Hill et coll. (2013) pour estimer la mortalité attribuable à l’alcool en 2015. Ils se sont basés sur les déclarations de consommation d’alcool de l’Enquête Santé Insee 2002-2003. En 2015, sur 580 000 décès, 41 000 sont attribués à l’alcool, dont 30 000 chez les hommes (11 %) et 11 000 chez les femmes (4 %). Ce chiffre est en baisse, en 2009 49 000 décès étaient attribués à l’alcool. Sur les 41 000 décès attribués à l’alcool en 2015, 16 000 le sont par cancers, 9 900 par maladies cardiovasculaires, 6 800 par maladies digestives, 5 400 pour une cause externe (accident ou suicide) et plus de 3 000 pour une autre maladie (maladie mentale, trouble du comportement, …). La fraction attribuable pour l’ensemble des pathologies associées à l’alcool représente jusqu’à 15 % des décès chez les 35-64 ans contre moins de 8 % pour les autres âges.

Les auteurs estiment que 7 % des décès des plus de 15 ans sont attribuables à l’alcool sur un total de 580 000 décès en 2015.

La neuvième enquête ESCAPAD (Enquête sur la santé et les comportements lors de l’appel de préparation à la défense) s’est déroulée en 2017. Sur 39 115 adolescents âgés de 17 ans, 85,7 % déclarent avoir déjà bu de l’alcool au cours de leur vie. L’usage régulier d’alcool (au moins dix fois dans le mois) concernait 1 jeune sur 10 (8,4 %) et 44 % des jeunes de 17 ans ont déclaré une alcoolisation ponctuelle importante (API) au cours du mois. Les résultats de l’enquête confirment la grande diffusion de l’alcool à l’adolescence et la persistance des API. L’interdiction de vente de boissons alcoolisées aux mineurs de moins de 18 ans s’avère peu efficace car 91 % déclarent en avoir acheté en magasin dans le mois et 77,5 % en avoir consommé dans un débit de boissons.

http://invs.santepubliquefrance.fr/beh/2019/5-6/pdf/2019_5-6.pdf

(Lequotidiendumedecin.fr (19/02/2019), Jim.fr (19/02/2019), Destinationsante.com (19/02/2019), Le Monde (20/02/2019), Les Echos (19/02/2019), Sciencesetavenir (18 et 19/02/2019), leparisien.fr (19/02/2019))