Actualités alcool du 17 au 21 décembre 2019

Partager sur Tweet about this on Twitter

Un quart des parents ne pense pas à faire garder ses enfants après une soirée alcoolisée

 
Un parent sur trois (29 %) a dit connaître un autre adulte qui aurait pu causer une situation dangereuse pour son enfant en raison de la consommation d’alcool.

Pour ce rapport du C.S. Mott Children’s Hospital National Poll de l’Université du Michigan, les chercheurs se sont intéressés à la gueule de bois des parents et de leurs enfants. Pour cela, ils ont interrogé 1 170 parents qui avaient au moins un enfant entre 0 et 9 ans. Parmi les parents qui ont déclaré avoir bu des boissons alcoolisées lors d’événements spéciaux, 73 % ont dit qu’ils étaient très susceptibles de prévoir à l’avance que quelqu’un surveillerait leurs enfants pendant l’événement, et 68 % ont dit qu’ils étaient très susceptibles de prévoir le transport (conducteur désigné). Les parents qui boivent rarement de l’alcool sont moins susceptibles de planifier à l’avance la garde de leurs enfants et le transport le soir de l’événement par rapport aux parents qui boivent souvent ou parfois. Il est apparu que 8 % des parents avaient déjà été dans un tel état d’ébriété qu’ils étaient dans l’incapacité de s’occuper de leurs enfants le lendemain d’une soirée trop alcoolisée. Parmi les parents, 29 % ont déclaré connaître un adulte qui aurait pu créer une situation dangereuse pour leur enfant en raison de sa consommation d’alcool lors d’une soirée. Ces parents étaient surtout préoccupés par le fait que l’autre adulte avait trop la « gueule de bois » pour surveiller son enfant (61 %), pour faire face à une éventuelle urgence (48 %) pour conduire avec un enfant à bord (37 %).

Pour les auteurs de l’étude, ce sont particulièrement les parents qui boivent rarement qui mettent en danger leurs enfants, puisqu’ils ont moins tendance à passer ce genre de soirée et donc de la préparer. Pour Sarah Clark auteur de l’étude : « Un parent qui s’est évanoui sur le canapé ne reconnaîtra pas et ne réagira pas efficacement face aux risques domestiques pour la sécurité des enfants ».

 

(Relaxnews (18/12/2018), Ladepeche.fr (18/12/2018), Medicalxpress.com (17/12/2018))